Mise en œuvre du parc nucléaire d'EDF - Bilan

Publié le par François Cordelle

La construction du parc nucléaire d'EDF a été une œuvre  d'une importance exceptionnelle, tant par son ampleur que par la rapidité de son exécution. Le présent document a pour objet d'analyser la réalisation de ce parc de 18 centrales regroupant 58 tranches pour  63000MW de puissance.
Le graphique ci-dessous a été établi à partir de la chronologie de chacune des tranches, globalement et suivant leur puissance : 900, 1200 et 1400MW.

Mise en œuvre du parc nucléaire d'EDF - Bilan

Les courbes bleues et rouge représentent respectivement la chronologie des dates des engagements et des mises en service  de chacune des 58 tranches du parc nucléaires d'EDF. Elles permettent d'apprécier, à partir du coup d'envoi en 1970, l'accélération du rythme des engagements (suite aux chocs pétroliers) qui s'est maintenu pendant 9 années à une moyenne de 5,5 tranches par an ; je précise que, en 1978, 32 des 34 tranches de 900MW étaient engagées (les deux autres le furent un peu plus tardivement) ainsi que 18 des 20 tranches de 1200MW. L'écartement des deux courbes montre que les 900MW ne demandaient qu'environ 6 ans de travaux (après les deux premières), et les 1200MW un peu plus,surtout en fin de série, avec un rythme d'une tranche par an. Par contre, les 4 tranches de 1400MW, sur un projet très différent, ont demandé un temps de chantier extrêmement lent.

Le graphique comporte également l'estimation des temps de chantier pour les trois catégories de tranches :

  • La courbe bleue puis verte correspond aux 900MW. En mesurant la surface limitée par cette courbe, on voit qu'il a fallu environ 165 années de travaux pour mettre en service une puissance de 30.000MW.
  • La courbe marron-jaune-marron correspond aux 1200MW. Pour ces tranches, il a fallu environ 225 années de travaux pour une puissance de 26.000MW.
  • La courbe bleu-clair puis jaune, correspond aux 1400MW. Il a fallu environ 125 années de travaux pour une puissance de 5.600MW.
  • Enfin, la courbe jaune, qui est la somme des trois précédentes, montre une pointe d'activité de 43 chantiers simultanés en 1982, et une très longue période de très faible activité de plus de 10 ans à partir de 1989.

On peut noter que les temps de chantier observés, par GW construit, ont été de 5,5 années pour les 900MW, de 8,7 années pour les 1200MW et jusqu'à 22 années pour les 1400MW.  


En définitive, la période d'activité intense se situe de 1975 à 1986, à l'issue de laquelle 78% du parc des 900 et 1200MW ont été mis en service ; cette rapidité d'adaptation à une technique nouvelle, avec comme corollaire la modicité des coûts de construction, ont été dues à la décision d'acquérir la licence Westinghouse et au choix de la quasi identité des 54 premières tranches. L'augmentation importante des délais et donc des coûts du nouveau projet 1400MW montre tout l'intérêt qu'il y a à définir quantitativement des programmes à moyen et long terme, indispensables pour garantir l'identité d'un nombre suffisant de tranches.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article