Le nucléaire évite les rejets de CO²

Publié le par François Cordelle

Le nucléaire évite les rejets de CO²

Le tableau ci-dessus rappelle les performances énergétiques du parc nucléaire d'EDF, en précisant dans chaque cas les quantités de CO² que l'usage du charbon, du fuel ou du gaz aurait émises en l'absence du parc nucléaire.

Le calcul a été fait, d'une part pour la production annuelle (7000 heures par an), et d 'autre part pour la totalité de la production depuis la mise en service de la 1ère tranche de Fessenheim en 1977, jusqu'à 2014 inclus (37 années).

On peut considérer que, pendant ces 37 années, le combustible dominant était le fuel, mais à partir de 2015, le fuel devrait être supplanté par le gaz.

 

L'exploitation du parc produit environ 430 Twh par an, et a produit depuis 1977, 14000 Twh ; s'il avait fallu assurer cette production avec du fuel, 11 milliards de tonnes de CO² auraient été émises, et chaque année à venir émettrait, même avec du gaz, 260 millions de tonnes de CO²/an.

 

Le montant de la taxe carbone sensée représenter la valeur des nuisances du CO² est variable suivant les pays ; en Suède, elle est de 140 € par tonne de CO² ; en Autriche, de 50 €/t ; en France, la commission Rocard avait proposé (à l'unanimité de ses membres et approuvé par la quasi totalité des partis politiques) une valeur de 50 €/t augmentant rapidement jusqu'à 100 €/t et au delà ensuite. Les calculs ont été faits pour les valeurs de 100 et 50 €/t. Ils montrent l'énormité de l'économie réalisée par la mise en œuvre des centrales nucléaires et la valeur de l'impact pour la défense du climat.

 

Le cas de Fessenheim a été traité à part, afin de montrer les conséquences de l'arrêt de cette centrale qui ne pourrait pas être remplacée rapidement par des éoliennes ou des panneaux photo-voltaïques : 10 millions de tonnes de CO² par an.

Commenter cet article