Coût du CO² dans l'électricité thermique

Publié le par François Cordelle

Coût du CO² dans l'électricité thermique

A la lecture de tous les articles qui paraissent au sujet du très bas prix de l'électricité et des difficultés qui en résulte pour les organismes qui la produisent, on a l'impression que le marché de cette énergie est en pleine follie, incohérent et imprévisible, semblant pousser à l'augmentation du recours au charbon, ce qui serait une catastrophe du point de vue du climat.

 

Ne serait-ce pas parce qu'on oublie de compter dans le coût de l'électricité, le préjudice des émissions de CO² ?

 

On compte environ 400 kg de charbon pour faire 1 MWh d'électricité (un peu moins pour le très bon charbon australien, plus pour le lignite allemand), ce qui émet 1,47 tonne de CO².

 

La commission qu'a présidé Michel Rocard en son temps avait préconisé à l'unanimité d'adopter pour ce coût une valeur objectif de 100 €/tonne de CO² comme minimum (susceptible d'augmentations ultérieures), en partant de 50 €/t pour atteindre les 100 €/t progressivement mais assez rapidement. Le Conseil Constitutionnel l'ayant rejeté sans raisons vraiment valables, cela n'a malheureusement pas eu de suites, mais cela avait au moins donné un ordre de grandeur de la «taxe carbone» applicable. De fait, la Suède a institué une taxe carbone depuis plus de12 ans, qui a atteint très vite 100 €/t, jusqu'à 140 €/t aujourd'hui, et les Pays-Bas ont adopté eux aussi une taxe carbone de 50 €/t, tous deux semble-t-il sans difficultés particulières. En France, il est prévu une taxe de 30 €/t à partir du 1er janvier 2017.

 

Il est probable que la prise en compte de ce coût du CO² dans celui de l'électricité, mis en évidence dans le graphique ci-dessous pour une taxe de 30, 50, 100, ou 140 €/tCO², soit 45, 73,5, 147, ou 206 €/MWh, serait de nature à limiter le recours aux combustibles fossiles pour faire de l'électricité. Cette incitation serait un peu moindre pour le fuel et surtout pour le gaz, mais elle resterait importante.

On pourrait alors sortir de cette situation absurde, où tout est fait pour inciter à émettre de plus en plus de GES, à l'opposé de ce que l'on veut pour lutter contre le réchauffement climatique; il serait alors au contraire d'autant plus économique d'utiliser un combustible moins polluant.

Le coût de l'électricité reflèterait mieux son prix de revient, et le produit de cette taxe, qui peut être très important, pourrait être utilisé à tous autres usages, dont notamment une aide à ceux des usagers de l'électricité qui ne pourraient pas supporter une très forte hausse de son prix.

Coût du CO² dans l'électricité thermique

Commenter cet article